Le syndicat des agents de la paix lance une opération de visibilité

Prime des services essentiels

Le syndicat des agents de la paix lance une opération de visibilité

Québec, le 5 juin 2020 – Le Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec (SAPSCQ–CSN) a posé des panneaux aux abords de l’Établissement de détention de Québec et des autres établissements de la province, vendredi, afin d’exiger du gouvernement qu’il reconnaisse à sa juste valeur le travail des agentes et des agents et qu’il leur accorde la prime salariale pour travailleurs essentiels.

« La ministre Guilbault nous dit un petit merci de temps à autre en conférence de presse, mais ça ne suffit plus. Il est temps que les bottines suivent les babines, explique Mathieu Lavoie, président du SAPSCQ–CSN. On s’expose aux risques, aux menaces et à l’augmentation de la tension entre les murs, chaque jour. Nous sommes au front. La moindre des choses serait de reconnaître les sacrifices que nous faisons pour servir dans le système de justice et assurer la sécurité de la population. »

« Le travail des agents de la paix en services correctionnels s’exerce dans l’ombre, mais il faut mettre en lumière toute la polyvalence dont ils doivent faire preuve, explique la présidente de la Fédération des employées et employés de services publics-CSN, Nathalie Arguin. À l’intérieur des établissements de détention, ils sont policiers, pompiers, paramédics, travailleurs sociaux, négociateurs, et plus, souvent dans une même journée! Ils méritent davantage de reconnaissance. » 

Déjà aux prises depuis plusieurs années avec un problème criant de recrutement et de rétention de main-d’œuvre, les services correctionnels doivent maintenant composer avec un manque d’effectif en raison des agentes et des agents qui sont malades ou qui sont retirés de la rotation par mesure préventive.

« Qui va assurer la sécurité de nos établissements et de la population si on n’a plus assez d’agents parce qu’ils tombent malades et qu’on n’est pas capables d’en recruter suffisamment? s’interroge Ann Gingras, président du Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN). Il est plus que temps que le gouvernement s’attaque à ce problème. »

À propos

Le SAPSCQ–CSN est un syndicat autonome affilié à la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP–CSN) et à la Confédération des syndicats nationaux (CSN) depuis 2006. Il représente plus de 2800 agentes et agents de la paix en services correctionnels, répartis dans 18 établissements de détention partout au Québec.

Il faut mieux protéger les employé-es en contact avec la Covid-19

Cri d’alarme d’un syndicat du CIUSSS de la Capitale-Nationale

Il faut mieux protéger les employé-es en contact avec la Covid-19

Québec, 4 juin 2020. – Alors que le CIUSSS de la Capitale-Nationale vient d’annoncer qu’il va utiliser les décrets ministériels pour amputer d’une ou deux semaines les vacances estivales des professionnelles et techniciennes du réseau pour leur permettre de prêter main-forte aux préposé-es aux bénéficiaires dans les CHSLD, leur syndicat lance un cri d’alarme : il faut mieux protéger les employé-es en contact avec la Covid-19. Pour le Syndicat des professionnèles, techniciennes et techniciens de la santé et des services sociaux (SPTSSS-CSN), il est en effet impératif de rehausser les mesures de protection, car celles-ci n’ont pu prévenir jusqu’ici l’éclosion massive de cas dans de nombreuses résidences.

Il est clair que le personnel du réseau, incluant de très nombreuses personnes dont ce n’est pas le mandat habituellement, répond la main sur le cœur à l’appel et apporte son soutien aux équipes de soins, notamment dans les CHSLD depuis le début de la crise. Pour Nicole Cliche, présidente du SPTSSS-CSN, il est par contre très inquiétant de constater que de nombreuses personnes infectées au travail sont des professionnelles et des techniciennes déplacées dans les CHSLD. « Que tant de travailleuses et de travailleurs du réseau soient infectés indique qu’il y a un problème quelque part avec les mesures de protection », dénonce Nicole Cliche.

« Si on demande aujourd’hui que plus de professionnelles et de techniciennes se rendent en CHSLD, c’est qu’il continue d’y avoir deux éclosions en moyenne par semaine », expose Nicole Cliche. Rappelons qu’une seule éclosion peut forcer le CIUSSS à remplacer entre 50 et 75 employé-es par semaine. « Nous comprenons que l’employeur déplace les professionnelles et les techniciennes vers les CHSLD, mais celui-ci s’entête à se contenter des mesures exigées par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), lesquelles ne sont manifestement pas suffisantes », selon la présidente du SPTSSS-CSN.

Les mesures qui posent problème de l’avis du syndicat concernent les équipements de protection individuelle, la gestion des tests de dépistage et le passage des zones chaudes à froides. Pour éviter que les travailleuses et les travailleurs tombent malades et deviennent des vecteurs de contamination, le syndicat préconise les mesures suivantes :

  • Fournir des masques N95 à tous les employés d’une résidence où une éclosion survient, et ce, pendant au moins une semaine ;
  • Que tout employé travaillant dans une résidence où une éclosion survient soit testé quotidiennement pendant une semaine ;
  • Que tout employé affecté à une zone froide après un passage en zone chaude soit testé quotidiennement pendant une semaine ;
  • Que des mesures spéciales pour assurer le respect des consignes visant à limiter la transmission des infections soient mises en place dans tous les secteurs où un premier cas dépisté positif survient.

Le syndicat est conscient que ces éléments ne sont pas exigés à l’heure actuelle par l’INSPQ. Or, les mesures actuelles n’ont pas empêché des éclosions massives et rapides de survenir.

« Nous ne pouvons pas attendre les démonstrations scientifiques complexes avant d’agir », croit Nicole Cliche. Selon le syndicat, on demande actuellement des sacrifices énormes aux professionnelles et aux techniciennes. « Nos membres lèvent la main et répondent présents », conclut Nicole Cliche, « le CIUSSS de la Capitale-Nationale ne peut pas continuer de miser sur des mesures qui ne les protègent pas adéquatement c’est une question de santé sécurité pour les travailleurs et la population. »

À propos du SPTSSS-CSN

Le Syndicat des professionnèles, techniciennes et techniciens de la santé et des services sociaux (CSN) représente près de 5 200 salarié-es exerçant une cinquantaine de professions au CIUSSS de la Capitale-Nationale. Son territoire s’étend de Portneuf à Charlevoix. Il est affilié à la Fédération des professionnèles (CSN), au Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN) et à la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

Le 9 juin : CA de la dernière chance pour éviter l’irréparable au Cégep de Lévis-Lauzon

Cégep de Lévis-Lauzon. Crédit photo : Simon Villeneuve (wikipedia)

Le 9 juin : CA de la dernière chance pour éviter l’irréparable au Cégep de Lévis-Lauzon

Québec, le 4 juin 2020 – Après avoir été ébranlés par la décision du Tribunal administratif du travail (TAT) qui a reconnu le harcèlement psychologique exercé par la direction à l’égard d’un cadre, les employé-es du Cégep de Lévis-Lauzon pourraient devoir se plier à un exercice de diagnostic organisationnel comme s’ils étaient la source du problème. Les syndicats des personnels enseignant, professionnel et de soutien dénoncent cet amalgame odieux, d’autant plus qu’il a été véhiculé dans l’ensemble des communications du Collège.

« Nos membres se sont sentis attaqués injustement par la position de la présidente du CA de nous faire porter le blâme de comportements provenant de la haute direction. C’est en effet ajouter l’insulte à l’injure. Les décisions du Conseil d’administration ont été extrêmement mal reçues dans la communauté. J’aimerais ajouter que les administrateurs employés qui sont représentants au CA ont été exclus de ces prises de position. Le Conseil doit revenir sur ce diagnostic organisationnel, assumer ses responsabilités et rendre responsables les réelles personnes condamnées dans le jugement. Quel traitement aurait subi un employé qui aurait été accusé du même comportement à la suite d’un jugement semblable? » s’indigne Yves Hallé, président du Syndicat du personnel de soutien du Cégep de Lévis‑Lauzon (FEESP-CSN).

Pour les syndicats, ce blâme que le Conseil d’administration fait porter, à tort, sur les employé‑es arrive au pire moment alors que la session d’hiver se termine dans des conditions plus que difficiles à cause de la COVID-19. « Nous sommes en train de terminer une session à bout de bras. Est-ce la façon dont nous reconnaissons l’ensemble des employé‑es pour tout le travail qu’elles et ils ont accompli ? Notre énergie et celle du Conseil d’administration doivent être mises sur une seule priorité : planifier et réaliser la prochaine session. Nous imposer une enquête sur le climat organisationnel, à distance, dans le contexte actuel, en a choqué plus d’un. Affirmer que nous avons la volonté, le temps et les ressources pour mener une telle enquête est révoltant. Visiblement, nous n’avons pas les mêmes priorités », affirme Marie-Pierre Gagné, présidente du Syndicat des professeures et professeurs du Cégep de Lévis-Lauzon (FNEEQ-CSN).

Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) est consterné et inquiet que la direction et le conseil d’administration du Cégep de Lévis-Lauzon fassent porter le fardeau des problèmes de l’institution sur le personnel. De ne pas avoir sanctionné ni même blâmé la directrice générale tend à démontrer que la direction du cégep veut balayer les problèmes sous le tapis, comme en témoigne sa demande de révision judiciaire. « Nous ne pouvons que déplorer et nous indigner d’un tel comportement qui contribue à perpétuer un climat toxique au sein de l’institution », dénonce Line Lamarre, présidente du SPGQ.

« Des membres du Conseil d’administration mettent de l’huile sur le feu. Si leur objectif est de laisser tomber la poussière durant l’été, ils devront s’attendre à un automne chaud. S’ils persistent dans la confrontation, nous serons là pour épauler les employé‑es. Toutes les ressources du conseil central seront mobilisées, et ce n’est pas peu dire », conclut Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN).

Lettre ouverte d’Ann Gingras et Lucie Langlois

Pénurie de personnel en santé

Vers des lendemains qui déchantent

Encore une fois, c’est dans la plus parfaite improvisation que le gouvernement Legault s’attaque, à la pièce, aux graves problèmes de pénuries de personnel dans le réseau de la santé et des services sociaux. En déshabillant Paul pour habiller Pierre, le gouvernement est en train de nous préparer des lendemains qui déchantent et une nouvelle crise.

1, 2, 3 classes de préposés aux bénéficiaires

Il y avait déjà un fossé qui séparait les conditions des préposé-es aux bénéficiaires travaillant dans le secteur public et le secteur privé, les premiers étant bien mieux payés que les seconds. Avec ses nouvelles annonces, le gouvernement est en train de créer deux classes de préposé-es aux bénéficiaires dans le secteur public : ceux et celles travaillant dans des CHSLD et les autres (principalement, mais pas seulement, en centre hospitalier).

Afin de favoriser le recrutement dans les CHSLD, le gouvernement Legault a annoncé des augmentations de salaire beaucoup plus importantes pour les préposé-es aux bénéficiaires travaillant en CHSLD que pour ceux travaillant dans d’autres secteurs, tels l’urgence ou les soins intensifs. Qu’on en juge, les futurs préposé-es en formation seront mieux payés que les premiers échelons des autres préposé-es aux bénéficiaires du secteur public.

Or, ce qu’il faut savoir c’est que la pénurie de préposé-es aux bénéficiaires est aigüe dans l’ensemble du réseau. Il est évident qu’en rendant un secteur plus intéressant que l’autre, on risque de provoquer des mouvements importants de main-d’œuvre (ou au minimum de nuire au recrutement en centre hospitalier). Nous sommes d’accord qu’il faut augmenter le salaire des préposé-es aux bénéficiaires pour qu’il reflète leurs tâches à leur juste valeur. Nous le disons depuis si longtemps. Mais l’équité la plus élémentaire veut qu’un même titre d’emploi commande le même salaire, peu importe l’établissement.

Un message négatif

En se concentrant uniquement sur le salaire des préposé-es aux bénéficiaires, au mépris de tous les autres, le gouvernement Legault envoie par la bande un message négatif à tous les autres employé-es du réseau de la santé et des services sociaux : votre travail n’est pas si important et ne vaut guère plus que ce que vous recevez déjà. Or, c’est faux, la pénurie frappe des dizaines de titres d’emploi, tous plus importants les uns que les autres. Nous sommes d’avis, à contrario d’autres organisations, qu’il ne faut pas hiérarchiser les titres d’emploi. Il faut plutôt saluer bien bas l’immense travail d’équipe de tous les titres d’emploi œuvrant dans le réseau. Chacune et chacun sont d’une extrême importance et raison d’être, sans exception. Donner des soins ou prendre soin sont deux volets absolument vitaux et complémentaires.

On ne règlera pas les problèmes du réseau de la santé et des services sociaux à la pièce, en patchant des trous. Que fait Monsieur Legault pour les nombreuses personnes aînées qui souhaitent rester dans leur demeure ? Comment compte-t-il, par exemple, améliorer les soins à domicile qui sont nettement anémiques ? Le réseau de la santé est un tout, un équilibre fragile. Pour arriver à un meilleur résultat, nous devons mettre de l’avant une approche globale qui, bien sûr, tient compte du salaire, mais aussi des conditions de travail. Les gens qui travaillent en santé et services sociaux ont besoin d’un salaire décent, c’est crucial. Ce dont ils ont aussi besoin, c’est de la reconnaissance, de la stabilité, des postes et des horaires plus humains. Ce n’est pas juste l’embauche. Toujours faut-il être capable d’améliorer grandement la capacité de rétention des personnes dans le réseau. Sinon, le syndrome de la porte tournante va se poursuivre à l’image d’un chien qui court éternellement après sa queue. Si Monsieur Legault souhaite être celui qui règlera le dossier des CHSLD et d’en faire son leg, qu’il le fasse sans volontairement créer un autre problème qui sera certainement aussi important, mais cette fois, dans le reste du réseau.

Ann Gingras, présidente

Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN)

Lucie Langlois, vice-présidente régionale

Fédération de la santé et des services sociaux (CSN)

Nouvel OSBL en itinérance

Nouvel OSBL en itinérance

Le Rempart veut prendre le relais de l’Armée du Salut

Québec, 3 juin 2020 – « Le Rempart – Centre d’hébergement et d’accueil » est un OSBL dont la mission est de soutenir, défendre et accompagner les personnes qui souffrent de pauvreté, de dépendances, de problèmes de santé mentale ou qui sont en situation d’itinérance. Le nouvel organisme, mis sur pied par des travailleuses et des travailleurs d’expérience du milieu communautaire de Québec, a reçu ses lettres patentes le 26 mai dernier et a déjà déposé des projets auprès des partenaires du milieu.

Lorsque leur employeur, l’Armée du Salut, a annoncé la fermeture de ses activités, les travailleuses et les travailleurs se sont organisés avec leur syndicat pour relancer et développer les activités sous forme d’OSBL. Avec l’aide du Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN), de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS), de l’équipe de MCE Conseils et des partenaires du milieu, c’est maintenant chose faite.

« Nous sommes très fiers d’avoir été associés à ce projet, c’est toujours un honneur de pouvoir soutenir les syndiqué-es qui veulent se prendre en main », explique Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN), « ces gens-là ont vraiment la communauté à cœur et c’est vraiment pour ça qu’ils n’ont jamais lancé la serviette et c’est tout à leur honneur. »

Pour Lucie Langlois, vice-présidente régionale de la FSSS-CSN, Le Rempart est un exemple patent de la solidarité. « Vraiment, à la CSN, nous pouvons faire des grandes choses lorsque tous unissent leurs forces vers un même objectif. »

« Avant même la fermeture de l’Armée du Salut, il y avait des services manquants en itinérance à Québec, on peut le voir avec le taux d’occupation alarmant des refuges », explique Nancy Ratté, coordonnatrice de l’OSBL, « on ne peut pas se permettre de laisser la situation se détériorer, c’est pourquoi c’était si important pour nous de veiller à maintenir les services, mais aussi à les développer avec notre couleur. »

Les membres de l’OSBL sont en démarches actives avec des partenaires du milieu pour reprendre l’ensemble des services qu’offrait l’Armée du Salut au centre-ville de Québec et les développer encore plus, notamment avec un projet de « drop in ».