Réaction du conseil central au ping-pong politique à la Davie

Réaction du conseil central au ping-pong politique à la Davie

Québec, 15 octobre 2019. – Le Chantier Davie a été le théâtre d’une partie de ping-pong politique initiée par le Bloc Québécois aujourd’hui alors que bloquistes, libéraux et conservateurs se sont renvoyé la balle pour savoir quel serait le meilleur scénario pour les travailleuses et les travailleurs. « Rouge ou bleu, minoritaire ou majoritaire, la couleur importe peu, ce que ça prend c’est des engagements concrets », a réagi Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN).

La syndicaliste poursuit : « on a déjà joué dans le film d’horreur d’un gouvernement conservateur majoritaire et le résultat fut désastreux pour la Davie. Dire qu’un gouvernement majoritaire conservateur serait dans l’intérêt des travailleurs et des travailleuses est particulièrement odieux. C’est le gouvernement Harper qui avait exclu la Davie de la Stratégie nationale en matière de construction navale (SNCN) ».

Rappelons qu’un processus compétitif pour inclure un troisième chantier maritime dans la SNCN a été lancé par le gouvernement libéral avant le déclenchement de la campagne électorale. « Nous, ce que l’on demande aux partis c’est de prendre des engagements précis là-dessus : allez-vous, oui ou non, poursuivre le processus pour inclure un troisième chantier dans la Stratégie nationale en matière de construction navale si vous êtes élus ? Allez-vous, oui ou non, ordonner à la fonction publique de considérer objectivement et de manière impartiale la candidature du chantier Davie ? » conclut la présidente du conseil central, « le reste, c’est du ping-pong politique et ça ne nous intéresse pas. »

Le conseil central appuie la coopérative du Soleil

Crise à Groupe Capitales Médias

Le conseil central appuie la coopérative du Soleil

Québec, 8 octobre 2019. – Le Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN) répond à l’appel des travailleuses et des travailleurs du Groupe Capitales Médias et donne son appui à la coopérative du Soleil. Le comité exécutif de l’organisation syndicale vient de signer une lettre d’engagement de 10 000 $ pour le projet de coopérative.

« Soyons clairs, la disparition du Soleil serait une catastrophe pour la région », a déclaré la présidente du conseil central, Ann Gingras. Mais pour la syndicaliste, la crise que traverse le Groupe Capitales Médias peut se transformer en opportunité historique : celle de redonner Le Soleil à ses artisans et à sa communauté. « Le projet d’une coopérative de solidarité nous semble le bon véhicule pour permettre la mobilisation de toute la communauté », explique celle qui siège au comité de coordination de la campagne de contribution volontaire pour le démarrage de la coopérative du Soleil.

Le conseil central lance à son tour un appel à toutes les forces vives de la région, aux syndicats, aux organisations sociales et à la population pour soutenir le quotidien plus que centenaire. « Ensemble, on peut sauver Le Soleil et la diversité de l’information », s’enthousiasme Ann Gingras. « Imaginez une presse réellement indépendante, entièrement consacrée à son rôle d’information, imaginez une presse ne devant rendre de comptes qu’à la communauté qui la supporte ! Il me semble que c’est une aventure emballante qui mérite tout notre appui. »

Le temps presse

Rappelons que le Groupe Capitales Médias s’est placé, cet été, sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité et que les offres de reprises doivent être déposées auprès du syndic le 25 octobre prochain. Les promoteurs espèrent récolter plus de 500 000 $ d’ici là pour financer la coopérative du Soleil. Les personnes et les organisations désirant en savoir plus et contribuer au projet peuvent visiter le site coopmonjournal.com. Si jamais le syndic ne retenait pas le projet de coopérative, toutes les sommes recueillies seraient retournées aux contributeurs.

À propos

Fondé en 1918, le Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN) regroupe les syndicats CSN sur le territoire de la Capitale-Nationale et de la région de Chaudière‑Appalaches. Il représente 240 syndicats et plus de 45 000 membres dans tous les secteurs d’activités dont notamment les syndicats du Soleil.

La crise des médias à l’ordre du jour de l’assemblée du conseil central

Photo : François Proulx-Duperré

Assemblée générale du conseil central

La crise des médias à l’ordre du jour

Québec, 1er octobre 2019. – Les membres du Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN) recevront un invité de marque, mercredi 2 octobre, lors de leur assemblée générale. En effet, M. Alain Saulnier, chercheur au CERIUM et ancien directeur de l’information à Radio-Canada, fera une présentation sur la crise qui secoue actuellement le monde des médias.

Continue reading » La crise des médias à l’ordre du jour de l’assemblée du conseil central

Solidarité avec les profs de Charlevoix

Les enseignants du CECC en grève pour la planète

La Malbaie, le 26 septembre 2019 – Dans la foulée du mouvement populaire La planète en grève, les enseignantes et les enseignants du Centre d’études collégiales en Charlevoix (CECC) ont voté une journée de grève sociale le 27 septembre 2019.  Toutefois, contrairement aux administrations de l’immense majorité des institutions collégiales de la province, l’administration du CECC a choisi de ne pas lever les cours d’emblée et d’attendre de voir ce qui se passerait vendredi matin sur les lignes de piquetage.

Continue reading » Solidarité avec les profs de Charlevoix

Mot de la présidente

La solidarité a bien meilleur goût !

Le conseil central sort d’un congrès absolument motivant qui a bien mis la table pour les trois prochaines années. Merci aux personnes déléguées qui ont contribué à ce que la semaine soit un franc succès. 

Par Ann Gingras, présidente

Continue reading » Mot de la présidente