L’OBNL Le Rempart – Centre d’hébergement et d’accueil est né !

Assemblée générale de fondation du Rempart

L’OBNL Le Rempart – Centre d’hébergement et d’accueil est né ! Jeudi le 2 juillet se tenait l’assemblée de fondation du Rempart – Centre d’hébergement et d’accueil, un OBNL dont la mission est de soutenir, défendre et accompagner les personnes qui souffrent de pauvreté, de dépendances, de problèmes de santé mentale ou qui sont en situation d’itinérance.

Lorsque leur employeur, l’Armée du Salut, a annoncé la fermeture de ses activités, les travailleuses et les travailleurs se sont organisés pour relancer et développer les activités sous forme d’OBNL. Avec l’aide du Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN), de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS), de l’équipe de MCE Conseils et de précieux partenaires du milieu, le groupe a pu déposer un projet pour reprendre notamment les activités de la Maison Charlotte, un service dédié aux femmes. C’est une première étape importante qui a été franchie jeudi soir par l’assemblée qui a aussi élu son conseil d’administration.

Longue vie au groupe Le Rempart – Centre d’hébergement et d’accueil, solidarité !

Membres du conseil d’administration Le Rempart, de gauche à droite : Pierre Maheux, Yves Fortin, Marjolaine Aubé, Lucie Langlois, Catherine Renaud et Yvon Bernier

Joseph Giguère (1940-2020)

Photo Archives Le Soleil – 18 janvier 1980 – De gauche à droite, Gisèle Harvey, trésorière du syndicat des employés de Vaillancourt, Joseph Giguère, président du conseil central de Québec de la CSN, Gaétan Laperrière, président du syndicat et Pierre Caron, vice-président.

Joseph Giguère (1940-2020)

C’est avec tristesse que nous avons appris le décès de Joseph Giguère, ancien président du Conseil central des syndicats nationaux de Québec (CSN). Le conseil central offre ses plus sincères condoléances à sa famille et ses proches.

Natif de Saint-Sylvestre, en Beauce, c’est à titre de président du Syndicat des employés de Quebec Poultry (CSN) que Joseph Giguère a commencé à s’impliquer, dans les années 1970, au conseil central dont il est élu 1er vice-président en 1975.

Président du conseil central durant une période particulièrement tumultueuse, de 1976 à 1980, Joseph Giguère était un syndicaliste combatif et rassembleur. Face à une explosion des grèves, il entreprend de mettre sur pied un comité de solidarité réunissant tous les salarié-es en lutte afin d’augmenter le rapport de force des uns et des autres.

Sous la présidence de Joseph Giguère, le conseil central n’hésite pas à mobiliser ses membres et à profiter de la tenue d’instances pour venir prêter main-forte aux lignes de piquetage (une nécessité avant l’adoption de la loi anti-briseur de grève en 1977). Ainsi, le congrès de 1976 bat tous les records en défiant coup sur coup non pas une, mais trois injonctions limitant le piquetage dans autant de conflits de travail en cours.

La présidence de Joseph Giguère a été marquée par un nombre record de grèves, certes, mais aussi par l’organisation de nouveaux secteurs, comme l’hôtellerie, et une ouverture jamais démentie depuis du conseil central sur la société civile et les luttes sociales. Féminisme, écologie, groupes populaires, solidarité internationale, il était solidaire de tous les combats.

Chrétien engagé et socialiste convaincu, Joseph Giguère a poursuivi son implication sociale après la fin de son engagement syndical. On le retrouve coopérant au Pérou dans les années 1980, directeur du Centre Saint-Pierre dans les années 1990, fondateur de la Coopérative funéraire de l’Île de Montréal et actif dans la mouvance de l’économie sociale.

Un malencontreux AVC le laissera aphasique en septembre 2010. C’est avec l’aide de sa conjointe, Marie-Claire Nadeau, qu’il entreprend sa réadaptation et poursuivra pendant plusieurs années son implication au sein de l’Association des personnes aphasiques. Atteint d’un cancer généralisé, Joseph Giguère est parti accompagné de ses proches, le 23 juin 2020.

Une vie d’implications. À gauche, il y a quelque mois lors d’un évènement organisé par le Centre Saint-Pierre (capture d’écran d’une vidéo) et, à droite, en mars 1975, lors d’une rencontre du Front commun des syndicats CSN de Quebec Poultry (archives CSN).

Le gouvernement Legault doit se mettre dans nos souliers!

Des centaines de chaussures ont été installées aujourd’hui devant l’Assemblée nationale du Québec par des membres du Syndicat des professionnèles, techniciennes et techniciens de la santé et des services sociaux (SPTSSS-CSN).

Négociation des professionnel-les et des techniciennes et techniciens de la santé

Le gouvernement Legault doit se mettre dans nos souliers!

Québec, 25 juin 2020 – Des centaines de chaussures ont été installées aujourd’hui devant l’Assemblée nationale du Québec par des membres de la Fédération des professionnèles de la CSN (FP-CSN) afin de démontrer la dégradation des conditions de travail et l’usure que vit le personnel du réseau de la santé et des services sociaux. Les négociations des conditions de travail du personnel du secteur public qui se poursuivent demeurent une opportunité pour aborder ces enjeux, mais les discussions n’avancent pas aussi vite que souhaité.

« On ne sent pas que nous avons devant nous un gouvernement qui comprend bien les problèmes vécus dans le réseau. On demande aujourd’hui à M. Legault et à M. Dubé, le nouveau ministre de la Santé et des Services sociaux, de se mettre dans nos souliers et de sérieusement examiner les solutions que nous leur soumettons, soutient Ginette Langlois, présidente de la FP-CSN. »

Les nouvelles offres déposées par le gouvernement au début du mois de juin ne contiennent aucune mesure innovante et sont loin d’être suffisantes pour arriver à une entente. Pourtant, la fédération travaille depuis octobre 2019 auprès des représentants du gouvernement afin d’expliquer les différents problèmes vécus par ses membres, des problèmes qui minent l’attractivité de ces milieux de travail, la rétention du personnel ainsi que la qualité des services à la population, selon la FP-CSN.

Nicole Cliche, présidente du Syndicat des professionnèles, techniciennes et techniciens de la santé et des services sociaux Capitale-Nationale-CSN.

« Comme nos vieux souliers, nous sommes usés par notre charge de travail démesurée, clame Nicole Cliche, présidente du Syndicat des professionnèles, techniciennes et techniciens de la santé et des services sociaux Capitale-Nationale-CSN. Des personnes qualifiées pour porter nos souliers, il n’en pleut pas, et si nous voulons garder ce personnel indispensable en place, il va falloir de meilleures conditions de travail. Présentement, nous sommes pris avec des listes d’attente qui s’allongent ainsi que des équipes réduites qui doivent prendre en charge un trop grand nombre de dossiers et de patients. »

La FP-CSN, qui représente plusieurs milliers de membres qui vivent dans des conditions de travail difficiles, demande à discuter de façon plus soutenue afin de résoudre les problèmes criants de charge de travail, de santé et de sécurité ainsi que de conciliation travail-famille et vie personnelle.

« Les constats sur la difficile attraction-rétention dans le réseau sont partagés par les deux parties à la table de négociation, mais plutôt que de regarder ce qui cloche et décourage les salarié-es au quotidien, la partie patronale opte pour des mesures qui limiteraient l’accès à une meilleure conciliation travail-famille et vie personnelle et souhaite accroître son droit de gérance, explique Mme Langlois. Pour que nos milieux de travail deviennent attractifs, des avancées sont nécessaires au niveau des conditions de travail et de la vie professionnelle, conclut-elle. »

Des actions de mobilisation se multiplient depuis plusieurs jours, partout au Québec, pour démontrer au gouvernement l’urgence d’agir pour corriger les nombreux problèmes vécus dans nos services publics. La pandémie a contribué à mettre en évidence des problématiques que la CSN tente de corriger depuis de nombreuses années. Les syndicats soutiennent que c’est la qualité des services qui est mise à dure épreuve. Les nombreux souliers utilisés pour cette action symbolique seront retournés à la Société Saint-Vincent-de-Paul de Québec, qui est un organisme de bienfaisance à but non lucratif, ayant pour mission de lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale des individus et des familles défavorisées de la grande région de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches. 

Grève des RSG affiliées à la CSN

Les RSG en grève ont manifesté à Québec

Services de garde en milieu familial

Grève des RSG affiliées à la CSN

Québec, 18 juin 2020. – Les responsables des services de garde (RSG) en milieu familial affiliées à la CSN tiennent aujourd’hui une journée de grève à l’échelle nationale pour dénoncer un abandon du réseau par le gouvernement. Au cœur du litige, une négociation qui ne va nulle part, un exode massif des RSG et une fermeture totale du gouvernement envers l’amélioration des conditions de travail des milliers de femmes qui composent le réseau.

À Québec, une manifestation des grévistes est partie du ministère de la Famille pour se rendre à l’Assemblée nationale. Dans notre région, les services de garde touchés par la grève sont ceux affiliés aux bureaux coordonnateurs des CPE Joli-cœur et Le Kangourou ainsi que les bureaux coordonnateurs de Beauport et de Sainte-Marie (Petits pommiers).

Une crise à venir

« Là, il commence à être minuit moins une et on se demande ce qu’attend le gouvernement pour lancer un signal de soutien et de valorisation de notre travail. Les faits ne mentent pas : depuis le début de l’année, ce sont des centaines de services de garde qui ont fermé. Le manque de vision du gouvernement est en train de générer une crise dans l’une des plus importantes infrastructures socioéconomiques du Québec », explique Karine Morisseau, porte-parole des RSG–CSN.

En négociation depuis plus d’un an, les RSG–CSN doivent maintenant composer avec des offres sous l’inflation projetée au cours des prochaines années. Une situation d’autant plus difficile que le contexte de la COVID-19 apporte de nouvelles exigences et des dépenses accrues que doivent assumer les RSG.

« Notre réseau accueille normalement plus de 90 000 enfants au quotidien, et cela constitue un service essentiel pour les parents partout au Québec. Est-ce que le gouvernement pelte par en avant et attend de se retrouver avec une pénurie massive, comme ça a été le cas pour les préposé-es aux bénéficiaires en CHSLD ? C’est toujours la même histoire : le milieu tire la sonnette d’alarme et ça prend des années avant que les choses changent. Je crois qu’on peut faire mieux dès maintenant, pour nous, pour les enfants et pour les parents qui ont besoin de ce service », ajoute Karine Morisseau.

Le soutien du réseau doit devenir une priorité

« Le gouvernement parle de relancer le Québec sur toutes les tribunes, alors c’est évident que nous sommes étonnées que, du même coup, il laisse des miettes sur la table pour un réseau porté à bout de bras par des milliers de femmes. C’est un drôle de message, surtout que la pénurie de places s’accentue semaine après semaine. En refusant de soutenir adéquatement le réseau, le gouvernement va finir par placer les parents dans une situation intenable. Ils vont aller où tous ces enfants ? Il faut mettre en place les conditions gagnantes pour préserver les milieux de garde familiaux. Nos RSG en font déjà assez, c’est au tour du gouvernement de faire preuve de vision », commente Lucie Longchamps, vice-présidente du secteur privé de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN).

« La crise que nous traversons actuellement fait la démonstration que les responsables des services de garde en milieu familial offrent jour après jour un service essentiel pour les parents du Québec, ces femmes-là méritent d’être reconnues et rémunérées convenablement pour le travail remarquable qu’elles fournissent », conclut Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN), « elles peuvent compter sur l’appui indéfectible du conseil central et de toute la CSN dans la lutte pour le respect qu’elles mènent actuellement ».

Négociation du secteur public : plein les bottines

De vieilles chaussures ont été installées aujourd’hui devant l’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec (IRDPQ), sur le chemin Saint-Louis, par des membres du SPTSSS-CSN.

Négociation du secteur public

Les professionnel-les et les techniciennes et techniciens de la santé et des services sociaux en ont plein les bottines

Québec, 17 juin 2020 – De vieilles chaussures ont été installées aujourd’hui devant l’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec (IRDPQ), sur le chemin Saint-Louis, afin de démontrer la dégradation des conditions de travail et l’usure que vit le personnel du réseau de la santé et des services sociaux. Cette action a été organisée par les professionnel-les et les techniciennes et techniciens membres de la Fédération des professionnèles de la CSN (FP-CSN), qui se sont rassemblés en compagnie d’autres travailleuses et travailleurs du réseau pour envoyer ce signal d’urgence au gouvernement du Québec, avec qui les négociations de leurs conditions de travail n’avancent pas aussi vite que souhaité.

« Comme nos vieux souliers, nous sommes usés par notre charge de travail démesurée, clame Nicole Cliche, présidente du Syndicat des professionnèles, techniciennes et techniciens de la santé et des services sociaux Capitale-Nationale. Des personnes qualifiées pour porter nos souliers, il n’en pleut pas, et si nous voulons garder ce personnel indispensable en place, il va falloir de meilleures conditions de travail. Présentement, nous sommes pris avec des listes d’attente qui s’allongent ainsi que des équipes réduites qui doivent prendre en charge un trop grand nombre de dossiers et de patients. »

La FP-CSN, qui représente plusieurs milliers de membres qui vivent dans des conditions de travail difficiles, demande à discuter de façon plus soutenue afin de résoudre les problèmes criants de charge de travail, de santé et sécurité et de conciliation travail-famille et vie personnelle.

« Nous nous entendons avec l’employeur sur la nécessité d’améliorer l’attraction et la rétention des salarié-es. Néanmoins, ce n’est sûrement pas en limitant l’accès aux mesures de conciliation travail-famille et vie personnelle ainsi qu’en augmentant le droit de gérance que nous retiendrons les professionnel-les et les techniciennes et techniciens dans notre réseau. Pour que nos milieux de travail deviennent attractifs, des avancées sont nécessaires au niveau des conditions de travail et de la vie professionnelle », affirme Danny Roy, vice-président responsable de la négociation du secteur public pour la FP-CSN. 

Des actions de mobilisation se multiplient depuis plusieurs jours, partout au Québec, pour démontrer au gouvernement l’urgence d’agir pour corriger les nombreux problèmes vécus dans nos services publics. La pandémie a contribué à mettre en évidence des problématiques que la CSN tente de corriger depuis de nombreuses années. Les syndicats soutiennent que c’est la qualité des services qui est mise à dure épreuve.

Le syndicat répétera cette action le jeudi 18 juin 2020, à partir de 11 h 30, devant une autre installation de l’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec (IRDPQ), au 525 boulevard Hamel, à Québec.